Je ne sais pas comment analyser cela, ou je n'en ai pas le courage.

 

Je vous ai déjà parlé des CLIN. Classe d'intégration pour non francophones.

 

Je me suis beaucoup mobilisée, puis overbookée par mon double niveau, fatiguée et un peu lasse, j'ai baissé la garde. J'ai eu aussi envie de vivre pour moi, pour mes enfants, ce qui est un peu nouveau.
J'apprends à prendre soin de moi. Ceux qui connaissent mon histoire comprendront.

Je dois dire aussi que certains de ces enfants sont très difficiles, voire épuisants.

Les Georgiens racistes à un point sordide, les Tchètchènes indociles, les Mongols du sexe masculin les rois du monde, des Africains aimant faire le geste "je vais t'égorger", je me suis retrouvée assez écoeurée, ne sachant où me situer entre les assistés chroniques abusant, et ceux en grande détresse.
Le pire, c'est que ce sont les plus démunis qui se font aligner.


ALors, j'ai privilégié mon premier métier : enseigner à des enfants "enseignables", je ne suis pas spécialisée, et gérer en plus de mon double niveau CE2/CM1 des gosses n'ayant jamais tenu un crayon et n'en ayant rien à foutre, parfois prenant l'école comme un squatt ainsi que leurs parents, j'ai failli virer de bord, et devenir un tantinet intolérante.

 

Heureusement, j'ai toujours mon empathie pour les enfants. Cette foutue fonction qui nous sauve quand on est fatigué, quand le mammouth nous laisse nous démerder, cette fonction qui nous empêche de devenir un vrai dragon traumatisant pour ces schtroumpfs. J'ai une collègue comme ça, et tous les jours, je me dis que c'est ce qu'il ne faut pas faire.
Et n'exagérons pas, mon école n'est pas en ZEP. Nous ne sommes pas  à plaindre.

Les enfants rois pourris gâtés me soulent bien davantage, et leurs parents par la même occasion.

"Maitresse, tu pourrais me donner le travail pour la semaine prochaine ? Je ne serai pas là.

- AH bon ? Pourquoi ?

- Je pars plusieurs jours à Disney Land pour mon anniversaire."

Ceux là, pfffffffffffffff, ils me soulent aussi, bien plus même !

 

La suite de ma note a disparu, peut être en avais-je trop dit.

Sachez que la police des frontières vient pour pister des enfants, et d'un seul coup, nous devenons ignares.

PAF ! C'est leur sigle. PAF ! la mémoire en rade.

 

Mais ils ont trouvé la mère, l'ont mise en rétention administrative. Vous voulez voir ?

 

Et bien si un juriste passe par là, ou si vous en connaissez un qui puisse me dire (textes à l'appui) qui a le droit d'entrer dans ma classe de force pour chopper un enfant, je suis preneuse.

 

En attendant, je trouve que c'est assez sordide, je n'ai jamais vu ça de toute ma carrière.
Et parfois il me vient une pensée..
Vous savez ce fameux réchauffement qui va faire geler l'Europe, vous croyez que les pays du sud qu'on a tant bafoué, dénigré nous accueilleraient ?

Peut être qu'eux aussi ils auront  leur PAF, et bien nous verrons.

Merci de m'avoir lue les gens, j'écris peu, mais je fais ce que je peux.     

Edit :

 

Avant de me coucher, il m'est revenu une scène de ma classe.

Le soir, pendant l'étude surveillée, j'avais 3 enfants autour d'une table qui s'aidaient pour une dictée préparée.

Il y avait M, très black, I. métissée arabe, superbe, cheveux oranges, et B petit mongol réfugié pas vraiment francophone.
C'était assez marrant de les regarder, rigoler et expliquer à B à leur façon, qu'en français il y a du masculin et du féminin, et que notre langue était bien compliquée.

J'ai toutes les couleurs de peau, de cheveux et toutes les formes d'yeux dans ma deuxième maison. ;)

 Et j'aime